Les notions de base présentées ici sont indispensables à la bonne compréhension de la technique photographique.

 

- L'appareil photo
- La distance focale et l'angle de champ
- Le diaphragme
- La profondeur de champ et la zone de netteté 
- Calculateur de profondeur de champs
-
La vitesse d'obturation

 

    L'appareil photo:

Il existe de nombreux types d'appareils photo mais le format le plus utilisé est le 24 X 36.
 

Ils se composent tous de la même façon :

-- une chambre noire qui est une boîte étanche à la lumière, dans laquelle se trouve le film.
-- un obturateur qui permet de laisser passer la lumière afin qu'elle atteigne le film pendant un temps donné.
-- un viseur qui permet au photographe de cadrer son image.
-- un objectif qui comporte un diaphragme et qui est caractérisé par sa distance focale. Il représente la porte d'entrée de la lumière dans l'appareil photo.
-- un posemètre qui permet de mesurer l'intensité de la lumière est donc d'adapter le choix de la vitesse d'obturation et l'ouverture du diaphragme afin d'obtenir une image correctement exposée.

 

    La distance focale et l'angle de champ:

La distance focale est définie par la distance en mm qui sépare le plan du film du centre optique de l'objectif. La taille de l'image enregistrée sur le film est proportionnelle à la focale de l'optique utilisée. Ainsi, un objectif de 200 mm de focale permet de grossir deux fois plus un objet situé à une distance donnée qu'avec un objectif de 100 mm de focale.


Angle de champ et distance focale

La distance focale est intimement liée à l'angle de champ. Plus la focale augmente, plus l'angle de champ se réduit. Par exemple, en 24 X 36, une focale de 50 mm correspond à un angle de champ de 46 degrés. L'œil humain, à l'arrêt, embrasse un angle de champ d'environ 20 à 35 degrés soit l'équivalent en 24 X 36 d'une focale de 70 à 110 mm (et non à une focale de 50 mm comme beaucoup le pensent). Néanmoins, l'œil à une grande capacité d'adaptation et il est ainsi capable de réduire son angle de champ à 2 degrés soit l'équivalent d'un objectif de 1200 mm lorsqu'il effectue une mise au point très précise sur un objet donné.

Focale Angle de champ
28mm 75°
35mm 64°
50mm 47°
85mm 28°
135mm 18°
180mm 13,5°
300mm
400mm
600mm
Tableau de correspondance focale/angle de champ

 

    Le diaphragme :

Le diaphragme est une ouverture circulaire dont le diamètre se règle automatiquement ou manuellement afin d'augmenter ou de diminuer la quantité de lumière qui entre dans l'appareil photo et qui impressionne le film durant le temps d'exposition choisit. Il se situe généralement au centre de l'objectif.

L'ouverture de ce diaphragme est définie par un chiffre. Plus ce chiffre est petit,  plus le diaphragme est ouvert et inversement. Ainsi, une ouverture égale à 1 représente un diaphragme plus ouvert qu'une ouverture égale à 11. Ce chiffre est  obtenu en divisant la focale de l'objectif par l'ouverture en millimètres du diaphragme.

Ainsi, on note l'ouverture d'un diaphragme de la façon suivante : f/4 correspond à une ouverture du diaphragme (en mm) égale à la focale de l'objectif divisée par quatre. c'est pourquoi, plus le chiffre est grand et plus l'ouverture est petite.

Tous les diaphragmes sont possibles théoriquement  mais il existe une normalisation qui permet de définir les ouvertures standards adoptées par tous les appareils photo. Le premier diaphragme est 1. Le diaphragme suivant est obtenu en multipliant par racine de 2 ( soit 1,4) le chiffre précédent. On obtient donc la série suivante : 1 -- 1,4 -- 2 -- 2,8 -- 4 -- 5,6 -- 8 -- 11 -- 16 -- 22 -- 32 -- 44 -- 64 -- 88 -- 128-- etc...

Les différents objectifs se distinguent par leurs ouverture maximale ainsi que par leur distance focale. Exemple : 50 mm, f/1,4 pour un objectif qui possède une focale de 50 mm et une ouverture maximale de 1,4

Plus l'ouverture est grande - donc le chiffre du diaphragme faible - plus l'objectif est  lumineux, permettant ainsi de réaliser des photos lorsque la lumière est faible.

Mais le diaphragme ne se contente pas de contrôler la quantité de lumière qui pénètre à l'intérieur de la chambre noire. Il détermine aussi la profondeur de champs et la zone de netteté.

 

    La profondeur de champs et la zone de netteté:

La profondeur de champ est définie par la largeur de la zone comprise entre le premier et le dernier plan net de l'image.

De nombreux paramètres conditionnent cette profondeur de champ :

-- la focale : plus la focale est élevée, plus la profondeur de champ diminue. Ainsi, une profondeur de champ importante est obtenue plus facilement avec un objectif de 28 mm qu'avec un téléobjectif de 300 mm
-- le diaphragme: plus l'ouverture du diaphragme est petite et plus la profondeur de champ augmente. La profondeur de champ sera plus importante avec une ouverture égal à f/11 qu'avec une ouverture égal à f/2.
-- la distance: la profondeur de champ augmente avec la distance. Plus le sujet photographié est  proche, plus la profondeur de champ sera faible pour un diaphragme et une focale donnée et inversement.

La zone de netteté dépend de la distance sur laquelle la mise au point est effectuée : elle se situe pour un tiers devant cette distance et pour deux tiers derrière cette distance.

Entraînez vous avec le calculateur de profondeur de champs ci-dessous.

 

    Calculateur de profondeur de champs:

Format du négatif

Focale de l'objectif utilisé

Ouverture du diaphragme

Distance du sujet mis au point (en mètres)

Distance hyperfocale pour l'objectif à cette ouverture
Le sujet net le plus proche se situera à
Le sujet net le plus lointain se situera à
Étendue de la zone de netteté

 

 

    La vitesse d'obturation:

Nous avons vu que le diaphragme détermine la quantité de lumière qui pénètre jusqu'à la pellicule pour l'impressionner. L'obturateur quant à lui va permettre, en fonction de sa vitesse d'obturation, de fixer le temps durant lequel la lumière sera autorisée à pénétrer dans la chambre noire jusqu'à la pellicule.

Sur les appareils photo reflex modernes, l'obturateur se compose de deux rideaux métalliques ou en toile qui se déplacent à la même vitesse de bas en haut et qui laissent apparaître une fente qui permet la lumière de pénétrer jusqu'au film.

Tout comme l'ouverture du diaphragme, la vitesse d'obturation est normalisée: 1 seconde -- 1/2 seconde-- 1/4 seconde -- 1/8ème de seconde -- 1/15 seconde -- 1/30 seconde -- 1/60 seconde -- 1/125 seconde -- 1/250 seconde -- 1/500 seconde -- 1/1000 seconde -- 1/2000 seconde --etc... bien sûr, il existe des posent plus longues: 2,4, 8,16 voire 30 secondes ou plus.


Il existe deux nuances :

-- la pose B : il s'agit d'une pose longue pendant laquelle l'obturateur est ouvert tant que le photographe reste appuyé sur le déclencheur.
-- la pose T : l'obturateur s'ouvre au premier déclenchement et ne se referme que lorsque le le photographe appui de nouveau sur le déclencheur.

Ces poses sont utilisées pour des effets spéciaux ou des photos de nuit lorsque la faible lumière impose un temps de pose important.

 

Dans la pratique quatre points sont importants à retenir:

-- une vitesse trop lente (1 seconde ou plus) se traduit par une photo floue si l'on utilise pas un pied photo.
-- une vitesse lente produit une impression de mouvement.
-- une vitesse rapide ( 1/500,1/750) fige le mouvement (photo de sport).
-- dans tous les cas, à main levée, il faut opter pour une vitesse au moins égale à à l'inverse de la focale utilisée afin d'éviter d'obtenir une photo floue. Ainsi, avec un objectif de focale égale à 28 mm, il ne faut pas descendre en dessous de 1/30 seconde. De même, avec un téléobjectif de 300 mm, il ne faut pas descendre en dessous de la vitesse de 1/250 seconde.

 

Ces notions et termes techniques de base sont indispensables
à la compréhension de tout ouvrage photographique et à la
pratique quotidienne de la photographie.
 

Retour Suivante

 

Photographies de Vincent Drouillon